C’était proche et lointain

« C’était proche et lointain. Comme le sourire d’un mort… C’était ce dessin sur le papier millimétré de l’air. Une revanche de la vie. Le faible, le léger, l’allusif et le tendre… Quelque chose me regardait sans yeux. Tout mon sang me quittait pour nourrir l’apparition pâle. Et puis, ça a passé. La merveille n’insiste jamais. Ce qu’elle a à dire est souvent sans bruit… Quelque chose se rappelle à nous de loin en loin. Quelque chose ou quelqu’un. Et ce serait le faire fuir que de le nommer. »

Christian Bobin

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s