L’écriture ressemble au feu

« L’écriture ressemble au feu… C’est une éternité ambiguë qui permet au poème de vivre au loin, de se propager dans l’espace et dans le temps mais ce qu’elle sauve de l’oubli est en partie mort, comme une fleur séchée entre les pages d’un livre dont le charme est encore agissant et le poison infiniment subtil. »

Gérard Macé

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s