Le frai frissonnant

« Rien de moins à signaler que le royaume est investi,

Le ciel précaire, la relève imminente et légitime

Rien sinon que le cycle des genèses vient sans préavis d’exploser

Et la vie qui se donne sans filiation le barbare mot de passe

Rien sinon le frai frissonnant des formes qui se libèrent des liaisons faciles

Et hors de combinaisons trop hâtives s’évadent. »

Aimé Césaire

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s