Cette forme abondante de silence

« À quoi peut bien servir cette forme abondante du silence

À qui ?

Quelque chose s’est déchiré devant la fenêtre,

Lettre oiseau, muscle, cœur, nécessité

C’est difficile à dire…

Insoumises en novembre, nos mains

Quand elles progressent ainsi vers des restes d’enfance

Racines et musiques profondes, en alerte dans un ciel qui claque…

L’énigme bouge, immense sous nos yeux. »

Denise Desautels

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s