Un homme, son ombre et les traces de ses pas

« Il y avait un homme qui eut soudain peur de son ombre et ressentit du dégoût pour la trace de ses pas. Pour s’en débarrasser, il se mit à courir, mais plus il multipliait ses foulées, plus il laissait d’empreintes. Plus il accélérait l’allure, plus l’ombre collait à son corps. Considérant qu’il allait encore trop lentement, il courut encore plus vite, toujours plus vite sans jamais s’arrêter, tant et si bien qu’il mourut. Il n’avait pas compris qu’il lui aurait suffi de se mettre sous le couvert d’un arbre pour faire disparaître son ombre et de se tenir tranquille sans bouger pour ne plus laisser de traces de ses pas. Quel imbécile ! »

Tchouang-tseu

Cet article a été publié dans Citations, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s