Les bords de silence

« Enlaçant ton ombre dans un rêve
Mes os se courbaient comme des fleurs.

Les bords de silence des choses
Le tu qui parcourt la présence des choses.

Ces yeux
Ne s’ouvrent
Que pour évaluer l’absence

Qui m’a perdue
Dans le silence fantôme des mots. »

Alejandra Pizarnik

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s