Énigme heureuse

« Les mots… s’achèveraient en combats monotones,

Si nous ne pénétrions le camp des saisons,

Ne tentions,

De brin d’herbe en brin d’herbe,

De rompre une énigme heureuse ;

Ah ! ne redoutions d’avoir part

Au poème impossible et favorable ! »

Pierre Oster

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s