Maison de mon enfance

« Que veux-tu encore de moi, maison de mon enfance ?

Est-il encore besoin de pousser ta porte,

De déranger la chaleur de la chambre ?

Tu répands ta vie, paupières basses

Dans l’ombre de tes murs, au large des années,

Écoutant s’achever les dernières saisons,

Écoutant se fêler les arbres du verger.

Tu conserves toujours cette odeur d’herbe

Qui me suivait partout jusqu’aux bancs de l’école.

Et tu tournes le dos aux soleils qui se couchent

Et font place aux oiseaux qui défendent leur nid.

Comme toi, je me couvre d’appels.

Maintenant, les pigeons bleus de l’arc-en-ciel

Se posent sans message dans ta cour.

D’autres clés se prennent à sonner

Dans l’obscure poche d’un étranger,

D’autres mains s’agitent le soir

Autour d’une flamme qui peut-être se souvient,

D’autres enfants se déchirent aux épines du jardin.

Tu portes mal sur l’épaule

L’étoile venue à travers les grands tilleuls,

Tu portes mal le nuage égaré dans le vent,

Ta voilure lasse,

Ta cheminée où se dénouent

Des cheveux d’herbe et de chardon.

Que veux-tu de moi, maison de l’étranger ? »

Fernand Verhesen

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s