Formes d’attache

« Le vent arrogant du printemps
suinte aux cassures de la terre

La porte se souvient qu’elle fut des forêts
la vitre fut du marécage

Dans la nuit du tréfonds des temps
fenêtres, portes besognées
font gémir leurs formes d’attache. »

Luc Bérimont

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s