Les mots fermentent

« Je m’abandonne

aux lentes

heures lucides de ma solitude

nourrie de longues méditations

Les mots fermentent

dans ma terre

absorbent un peu

de mon sang

se chargent des sucs

distillés par l’alambic

intérieur

Ils cheminent

dans mes veines

sous-tendent la gravité

de mon regard

assourdissent

la sourdeur de ma voix

Rassemblé

au cœur de mon noyau

je les tire au jour

les grave sur la page. »

Charles Juliet

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s