Au terreau de ma nuit

« Enchevêtré d’eau et de branches…

Ivre, ébloui de ce regard qui germe au terreau de ma nuit ;

La tristesse est tombée de moi, la mort et la désespérance…

Parce qu’une main sur mon front a fait le signe des enfances

Je prête racine au matin sur quoi va se fonder le jour. »

Luc Bérimont

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s