Forme en voyage

« Je plante mes mains dans le jardin
Et je sais, je sais, je sais, je vais verdir
Et dans mes paumes violacées d’encre
Les hirondelles vont venir pondre.
J’accroche deux boucles de cerises rouges à mes oreilles,
Je colle des pétales de dahlia sur mes ongles.
Il existe une rue
Où des garçons les cheveux en bataille,
Le cou mince et les jambes maigres,
Étaient amoureux de moi
Et pensent encore aux sourires innocents d’une feuille
Qu’une nuit le vent a emporté.
Il existe une rue que mon cœur a volé
Aux quartiers de mon enfance,
Forme en voyage sur la ligne du temps. »

Forough Farrokhzâd

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s