Nombre innombrable des mondes

« L’oncle Pierre le jardinier me montrait quand j’étais enfant
des corolles colorées et légères
Ce sont des cosmos disait-il,
me confirmant, sans le savoir,
le nombre innombrable des mondes.

Soudain le rouge-gorge apparaît
rouge et noir un cœur
au bord du buisson
– et il se met à chanter
coincé comme moi
entre ces deux montagnes
la Naissance et la Mort. »

Pierre Garnier

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s