Musique miniature

« Obus à liberté

parfois douce la musique miniature de nos langues

près du lac de nos larmes d’hier

ainsi souvenirs dépassés nos printemps n’ont plus à mendier la lumière

chaque taudis regarde une rose à ses pieds

tout homme porte à sa bouche une femme ou un enfant

la rose n’a plus à être enceinte de barbelés

la porte des cages d’oiseaux n’a plus à être verrouillée

la brise est bonne qui profile en toute saison

en toute ossature

le be-bop du printemps. »

Raôul Duguay

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s