Passant auprès du feu

« Je passais près du feu dans la salle vide

Aux volets clos, aux lumières éteintes,

Et je vis qu’il brûlait encore, et qu’il était même

En cet instant à ce point d’équilibre

Entre les forces de la cendre, de la braise

Où la flamme va pouvoir être, à son désir,

Soit violente soit douce dans l’étreinte

De qui elle a séduit sur cette couche

Des herbes odorantes et du bois mort…

Demain je remuerai

La flamme presque froide, et ce sera

Sans doute un jour d’été comme le ciel

En a pour tous les fleuves, ceux du monde

Et ceux, sombres, du sang. »

Yves Bonnefoy

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s