Un alphabet du silence

« Le silence qui subsiste entre deux mots
n’est pas le silence qui entoure une tête qui tombe,
ni celui qui nimbe la présence de l’arbre
quand s’éteint l’incendie vespéral du vent.

De même que chaque voix a un timbre et une hauteur
chaque silence a un registre et une profondeur…

Il existe un alphabet du silence,
mais on ne nous a pas appris à l’épeler.
La lecture du silence est néanmoins la seule durable,
plus peut-être que le lecteur. »

Roberto Juarroz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s