Une autre naissance

« Dans une chambre aussi grande que la solitude
Mon cœur
Aussi grand que l’amour
Contemple les prétextes simples de son bonheur
Contemple le beau pourrissement des fleurs dans le vase
Contemple le jeune arbre que tu as planté dans notre jardin
Et le chant des canaris
Qui chantent à la mesure d’une fenêtre…
C’est mon lot
C’est mon lot
Mon lot
C’est un ciel dont je suis dépossédée par un rideau qui tombe
Mon lot
C’est descendre d’un escalier abandonné
Et rejoindre une chose dans la nostalgie et la pourriture
Mon lot
C’est une triste promenade dans le jardin des souvenirs
Et mourir dans le chagrin d’une voix qui me dit :
J’aime tes mains. »

Forough Farrokhzâd

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s