Tout passe et porte nom de pauvreté

« Tout ce qu’on trouve au fond d’une journée

Les brumes encloses dans leurs secrets
Le chevreuil qui foudroie la clairière
Ce rayon de soleil qui vous touche l’épaule…

Tout passe et porte nom de pauvreté. »

Gilles Baudry

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s