Amitié du monde

« Sur l’allée devant la maison

La neige

Rit intérieurement

De ce soleil matinal jouant avec ses pierres précieuses.

L’ombre de la barrière en fer forgé trace sur la blancheur

Les lignes d’un cahier d’écolier

Pour la future rédaction des empreintes d’oiseaux

Et les pieds nus de ton amour qui n’aura pas peur du froid quand elle sortira tout à l’heure au jardin boire l’infusion de son haleine de sommeil dans le poème bleu de l’hiver.

Une touffe de graminées danse dans la brise avec quelques flocons remontant au ciel plus légers que l’air.

Ta vie tient dans cette scène de lumière.

La véritable amitié du monde n’arrête pas de s’écrire sur des pages très simples. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s