Il reste le faux

« Ici, nous devons nous rendre immobiles et invisibles par égard pour les autres et nous finirons par devenir immobiles et invisibles par rapport à nous-mêmes… Ici, pour ne pas manger ce qui a été empoisonné, il faut créer à mesure ce qu’on mange. L’air et l’eau, ce qu’on appelle le réel, sont viciés, sont pleins de fumée d’automobiles et de cigarettes, de jus de baignoires et de chaises percées. Il reste le faux : regarder un chou et s’imaginer que lorsqu’il sera mûr chacune de ses feuilles s’arrachera toute seule et se mettra à voler, à chanter, à être un chardonneret. »

Réjean Ducharme

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s