Gardez l’essentiel et avancez

« La feuille de papier blanc qui est devant vous est un miroir.

Vous allez vous pencher sur elle et quoique vous écriviez, qu’importe le sujet,

Vous allez décrire votre visage, votre vrai visage…

Personne ne vous a demandé cela.

Personne ne le lira même peut-être.

Mais ce que vous allez écrire est sans complaisance.

Il s’agit d’être acculé à son âme.

Ce que vous allez dire et faire engage votre vie, votre manière de vivre, votre morale.

Votre poème est devenu un serment de fer.

Vous ne pouvez plus vous tromper vous-même, vous leurrer, tromper les autres sous peine de forfaiture.

Ainsi sur ce chemin austère on avance.

C’est cela vivre aussi peut-être.

L’écriture est un bûcher.

Élaguez tout ce qui est faux, artificiel, joli, trop joli.

Gardez l’essentiel et avancez. »

Jean Malrieu

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s