La fin du monde

« Je guettais l’apocalypse…

Un dromadaire de cendres franchissait le réel. Je me taisais, attentive aux brasiers, aux météores et aux titans de haine. Je m’endormais, convaincue d’être morte, surprise du souffle qui sifflait telles des munitions sur mes rêves.

Le lendemain, le monde existait encore, je n’existais plus.

*

J’éteignais des feux dans le salon. Lorsque j’en enrayais un, un autre flambait dans un album de photos. Je ne trouvais pas d’extincteur. J’enterrai le chat dans le piano.

Maman avait enlevé maman. Papa avait enlevé papa. Et le sous-sol retenait mon frère en otage.

Je demandais pardon au passé.

J’attisais des feux dans le salon. »

Ouanessa Younsi

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s