Il fallait l’attente mûrissante

« Tu fouilles dans la haie
et tu arraches des fruits sauvages

Ils ont une âpreté qui mord
il leur fallait l’attente mûrissante
d’un jour d’hiver

Mais toi, tu t’es jeté sans attendre
dans les verbiages du buisson. »

Claude Albarède

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s