Une phrase d’amour

« Je n’avais jamais rien touché d’aussi doux jusque-là. Pas même jusqu’à aujourd’hui, maintenant je le sais. Je lui dis que la paume de sa main était mieux que le creux d’un coquillage, pendant que nous regagnions le rivage, détachés. Tu sais que tu as dit une phrase d’amour ?, répondit-elle en se dirigeant vers le parasol. »

Erri De Luca

Cet article a été publié dans Extraits, Roman. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s