La petite sourcière

« Nue la petite sourcière
La pluvieuse.
Toujours active dans les gorges du poème…

Demeurer où elle passe
Boire le caillé délicieux de ses pluies
Et saisir dans sa chevelure
La ronce qui harcèle le chemin.
L’orage à sa source. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s