De vie nouvelle

« Voici que dans cette heure

qui n’appartient plus à la nuit

chaque cellule de ma terre

bouge de vie nouvelle

et sur les grands chemins menant au cœur

les hommes de mon pays

les poings durcis les pieds lavés

et les filles d’eau pure

aux yeux couleur de poudre de cannelle

d’une démarche lente et lourde

montent vers le mapou s’assembler

pour la veillée commune…

C’est le temps de la flamme plus haute et verticale !

Nos gestes ne sont plus d’emprunt

les plus belles paroles

nous appartiennent désormais

car les mots délavés ont repris leur couleur…

Et dans le matin neuf notre baguette de sourcier

montre la nappe souterraine. »

Anthony Phelps

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s