Si je considère la vie des étoiles

« Si je considère

La vie les étoiles

Et les matins clairs

La course du vent

Les mots sans appel

Les miroirs sans tain…

Et les cieux éteints

Je proteste au nom

D’un bonheur promis

Qui fut éphémère

Et soudain là-bas

Quelqu’un me sourit. »

Hélène Cadou

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s