Le trèfle à quatre feuilles

« En cette matinée hivernale, je marchais sur un petit sentier de campagne
quand me vint l’envie de chercher un trèfle à quatre feuilles.
Ainsi j’inclinais mon corps vers l’herbe gelée de décembre.
Je fus ébloui de voir de petites gouttes de givre sur l’herbe fine
ainsi qu’une petite châtaigne cachée sous l’âme chaude d’une feuille morte.
Toute une colonne de petits trèfles semblait se tenir par la main,
comme s’ils voulaient protéger le trèfle à quatre feuilles.
Mais soudain le tonnerre se fit entendre
et la pluie vint au secours des trèfles que je piétinais.
Elle fut si forte qu’elle me chassa de ce lieu,
et ainsi le trèfle à quatre feuilles fut sauvé
de l’impitoyable chance que je cherchais. »

Jean-Marie Kerwich

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s