Archives quotidiennes : 11 avril 2021

Il suffit d’une phrase, d’un mot

« Il suffit d’une phrase, d’un mot, pour réamorcer le grand récit des plénitudes qui se dit à l’intérieur de nous. » Jean Lavoué

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Tout ce qui vient

« Tout ce qui vient vers nous nous parle encore de cette intériorité dans laquelle nous sommes plongés et qu’il nous suffit de mettre au jour. C’est là notre tâche, notre vocation. Allons-nous nous dérober ? » Jean Lavoué

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Vers l’inconnu de soi

« Écrire commence par une trahison, écrire c’est se trahir soi… Parce qu’on se construit une image à peu près représentable et, quand on écrit, il faut travailler à défaire cette image-là. Mais c’est aussi travailler à défaire l’image de nos … Lire la suite

Publié dans Citations, Extraits, Théorie | Laisser un commentaire

La femme que je suis

« Une langue Dépeuplée De tous ses spectres familiers… Je ne suis pas La femme que je suis. » Louise Dupré

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Pas les mots qui nous manquent

« Ce ne sont pas les mots qui nous manquent mais l’épaisseur de silence qu’ils recouvrent : ces nuits d’abîmes dont nous naissons chaque matin. » Jean Lavoué

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

La pie de mon jardin

« Elle ne sait pas, la pie, en quelle année elle vit, sous quelle république ou royauté, elle ne sait pas, la pie de mon jardin, que la mer existe pas très loin même si sa présence invisible l’inquiète comme le … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Fermé pour cause de…

« J’écris parfois sur mes paupières fermé pour cause de rêve. J’écris parfois sur mes lèvres fermé pour cause d’ennui. J’écris parfois sur mes mains fermé pour cause de guerre. J’écris souvent sur ma boutique fermé pour cause de poésie. J’écris … Lire la suite

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Je pose un terme

« Je pose un terme, Je bouscule Son espèce de borne. » Eugène Guillevic

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire