Couleurs jaillies de son seul désir

« Des couleurs jaillies de son seul désir. Le corps d’Hortense qu’il dessina… en perpétuelle métamorphose. Tantôt il multipliait ses bras et ses jambes, tantôt mettait le feu à ses cheveux ou les chargeait d’essaims d’abeilles, tantôt crevait son corps de bouches énormes. Parfois ce corps fleurissait comme un jardin sauvage; des coquelicots s’ouvraient à la pointe de ses seins, des chardons orangés lui brûlaient aux aisselles, des campanules et des ronces s’entortillaient à ses membres, des grappes de groseilles s’écroulaient de ses lèvres, des libellules aux ailes bleu pervenche s’envolaient de dessous ses paupières, des renoncules jaune vif et des lézards vert acide s’enlaçaient à ses doigts. Sur ses fesses il écrasait des fraises, son sexe, il l’embroussaillait et le couvrait de lierre, l’étoilait de bleuets et laissait toujours percer au milieu de ce buissonnement un bulbe rond et charnu comme un bouton de rose prêt d’éclore. »

Sylvie Germain

Cet article a été publié dans Extraits, Roman, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s