Un avenir du langage

« A l’émerveillement s’ajoute en poésie la joie de parler. Il faut la prendre, cette joie, dans son absolue positivité. L’image poétique, apparaissant comme un nouvel être du langage, n’est en rien comparable à une soupape qui s’ouvrirait pour dégager des instincts refoulés. L’image poétique éclaire d’une telle lumière la conscience, qu’il est bien vain de lui chercher des antécédents inconscients. Du moins, la phénoménologie est fondée à prendre l’image poétique dans son être propre, en rupture avec un être antécédent, comme une conquête positive de la parole… En essayant d’affiner la prise de conscience du langage au niveau des poèmes, nous gagnons l’impression que nous touchons l’homme de la parole nouvelle, d’une parole qui ne se borne pas à exprimer des idées ou des sensations, mais qui tente d’avoir un avenir. On dirait que l’image poétique, dans sa nouveauté, ouvre un avenir du langage. »

Gaston Bachelard

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s