L’écriture pour rester accrochée

« Moi j’ai besoin de regarder l’eau, de sentir le vent, j’ai la tête comme un courant d’air, traversée par des lumières, des sensations, des escaliers de vertige, c’est comme les feuillages des grands arbres balancés par le vent, on ne sait pas si c’est du bonheur ou du désespoir, une sorte de jouissance dans l’absence à soi-même, le flot du monde, les yeux écarquillés pour tout laisser entrer, la poitrine avide, et l’écriture pour rester accrochée. »

Alina Reyes

Cet article a été publié dans Extraits, Roman, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s