La clarté nous demande

« Nous nous plaindrons de nos fatigues une autre fois…

en attendant
la clarté nous demande
habitons notre veille
comme un voilier le vent…

Prenons ce qui ne se possède pas
tous les élans du cœur
toutes les étreintes
les rires qui montent dans la gorge
comme ces silences dans la brume
qui dorment sur l’étang…

et comme la main tendue
par l’inconnu qui nous relève

l’inconnu à face d’homme

ou l’inconnu sans visage
qui paraît dans les couleurs du jardin. »

Jean-Pierre Siméon

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s