On se laisse traverser

« Ainsi les feuillages nous éclairent…

On se laisse traverser

Nos fibres boivent d’un trait…
Des phrases inconnues s’écrivent
Les mots plus denses au départ des sèves

On pourrait délivrer jusqu’au ciel. »

Sabine Dewulf et Florence Saint-Roch

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s