Une joie simple et tranquille

« Ce qu’il ressentait c’était une joie simple et tranquille, une joie sans raison,
une joie sans limite et non pas consentie pour une heure,
la joie d’un homme qui s’engage sur un pont
et qui se met à chanter…
Mais il a suffi que le vent
jette une feuille morte à ses pieds
pour que le pont soit surchargé… »

Vladimir Holan

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s