Le sentier que l’on suit

« Le sentier que l’on suit s’accroche au paysage,

se pend au cou des maisons basses,

fait un bout d’affection avec les fleurs.

S’il est sentier, il décrit l’amour.

S’il est parole et sentiment, il décline un pays.

À genoux devant la rivière, il se cherche dans son reflet. »

Claude Albarède

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s