La paume nue

« La paume nue, elle seule sensible

reconnaît en la moindre ride une crevasse,

s’abandonne à la profondeur qu’on ne définit pas,

laisse venir des années enfouies

dans l’obscur remuement

où se confondent la terre, les os et les racines, la mémoire fidèle,

la mémoire exigeant d’être portée au jour,

fécondée à nouveau d’une parole. »

Pierre Dhainaut

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s