J’aurai l’amour d’aimer

« J’aurai l’amour d’aimer et je prendrai le temps !

le temps d’un sein nu sous une chemise ;

le temps d’aimer les roses sauvages, l’abeille et le rossignol ;

le temps d’aimer les immortelles au vent du large ;

et surtout, et surtout, le temps d’aimer les mots,

parce que la poésie commence

et commencera toujours

là où le dernier mot n’appartient pas à la mort ! »

Tristan Cabral

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s