Il nous faut traverser

« Nos mains se serrent

Pour un très long voyage

Et nous avançons

Par où se glisse le jour

Marchant entre l’abreuvoir et le grillage

Passant par des bords et des bords.

Nous savons où nous nous attendons

Nous savons où notre poème se cache

Mais il nous faut traverser encore des doutes et des peurs pour y arriver. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s