Celui qui écrit

« Celui qui écrit veut mourir, veut renaître…
Celui qui écrit veut dormir dans des bras matinaux
et dans la bouche des choses être une larme animale
ou le sourire de l’arbre.
Celui qui écrit veut être terre sur la terre,
solitude adorée, resplendissante,
odeur de mort et rumeur du soleil,
la soif du serpent, le souffle sur le mur, les pierres sans chemin,
le midi obscur tombant sur les yeux. »

António Ramos Rosa

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s