Le jour s’accroît de tout l’inconnu

« Le jour s’accroît de tout l’inconnu devant soi.

Les cimes font leur plein de ciel et toi le vide des pensées pour accueillir le chant invisible du ramier…

Il fait si beau que le temps lui-même en viendrait à te faire oublier le temps. »

Gilles Baudry

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s