A la virgule d’un brin d’herbe près

« Écrire
A la virgule d’un brin d’herbe près

Chercher
A mots épars
Dans la nuit de tous les possibles
Le braille des signes et intersignes…

Respirer le poème
Dans une langue heureusement
Intraduisible
Et l’écouter frémir
Comme l’horloge prend son pouls

Sortir de soi
Par la porte des humbles

Partir dans un geste d’adieu
Irrémissible et prendre soin
De laisser au silence
Le dernier mot. »

Gilles Baudry

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s