C’est un rivage ténébreux

« C’est un rivage ténébreux

Toutes les saisons ne sont pas de ce monde

Je me souviens du plus petit caillou de ce jour-là

Une pluie mot à mot dans les yeux

La distance en égarée

Le contrebandier marchait sur le fil du rasoir

L’expérience spirituelle brûlait sous un ciel de verre

Je buvais le petit lait du chemin

Une brise emportait une poignée de graines

Esquissant ce qui manque. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s