Cette main de labeur et de patience

« Quelle est cette main de labeur et de patience

qui s’est mise à creuser en moi ce chemin

sur lequel elle m’engagea sans autres signes

ou repères que cette lointaine certitude

que j’étais à mettre au monde là-bas

au bout de cette route boueuse faite de terre noire ? »

Michel Madore

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s