Par là

« L’hiver de neige…
Enfants qui sortent pendant une absence d’oiseaux,
S’amusant de leurs traces que rien n’empêche.

Moi, je m’en fais une nuit, j’apprends dans ce froid à balbutier.
Voix dérivée du rire et de l’ange.

Je reconstruis ma chambre jusqu’au milieu des arbres
Pour être seul avec le ciel.
Comme si, par là, une voix avait culminé d’avoir retrouvé son cri. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s