Impression familière

« Les arbres produisent toujours une impression familière. On dirait le visage d’un parent disparu depuis longtemps et qu’on revoit comme dans un vieux rêve, une bribe de chanson oubliée qui dérive à la surface des eaux ; cela ressemble à l’éternité dorée de l’enfance enfuie ou d’une tranche de vie adulte déjà écoulée, cela fait penser à toutes les vies et à toutes les morts et à toutes les peines survenues il y a un million d’années. Et les nuages qui passent semblent en porter témoignage, familiers et solitaires. »

Jack Kerouac

Cet article a été publié dans Extraits, Roman, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s