Hors de l’obscur

« J’ai le soleil à vivre
La pluie
Les nébuleuses de la plaine

A vivre l’herbe et les fleurs
Le goût des rues
Et des matins

Le silence au bord de l’eau
Une enfance
Un amour
Ce cri toujours remis au lendemain
Qui pourrait devenir parole
Et chant sur la ville

Si je tenais un jour encore
La tête haute
Hors de l’obscur. »

Hélène Cadou

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s