Si vous fermez les yeux

« Si vous fermez les yeux, avec un peu de chance vous apercevrez parfois un vague étang aux teintes pastel suspendu dans le noir ; pressez vos yeux un peu plus fort, l’étang prendra forme, les couleurs deviendront si vives que, si vous pressez encore, elles s’embraseront. Mais, juste avant qu’elles ne s’embrasent, vous verrez la lagune. C’est le point suprême que vous puissiez atteindre sur le continent. »

James Matthew Barrie

Cet article a été publié dans Extraits, Roman. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s