Ta voix allumait les feux

« Sous la lumière bleue de l’enfance,

Là où le parquet ciré sent le miel et le bleuet,

Où l’œillet blanc garde son goût de vanille et de poivre,

Tu avais la voix

Qui lançait les trains, les navires,

Faisait glisser la barque, les péniches au ventre noir comme l’exil,

Filer les canards gris quand les roseaux étaient des couteaux de nacre entre les mains du gel.

Quand venait la nuit,

Ta voix allumait les feux des bateaux qui vont vers les îles

Et tu partais… »

Claude de Burine

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s