Où l’être ne meurt pas

« Samedi.

J’ai fait quelques pas autour de la maison.

Je n’avais pas besoin d’aller loin pour me perdre.

Inutile.

Comment s’éloigner dans un univers où l’être ne meurt pas ?

Je voulais marcher, c’est tout.

Sortir un instant de ces besognes qui n’écoutent pas ce que nous sommes.

Marcher, dériver.

Lentement, j’ai suivi le soleil.

Lentement.

Qu’importe ce que j’ai trouvé. Du vent et des ombres.

Je passais. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s